mardi 9 avril 2013

H comme Henri HEUDE #challenge AZ

    Henri HEUDE, mon AAGP paternel, est un de mes ancêtres favoris car il m'a fait faire des heures et des heures de recherche aux AD76 et j'adore ça !!! Et c'était tellement pratique quand j'habitais Rouen ...

   Voici tous les documents en ma possession ou plutôt leurs photographies dans l'ordre chronologique:

  • 1849 Acte de naissance 
  • 1870 Acte notarié : Obligation de 1100 francs 
  • 1871 Certificat de remplacement au service militaire 
  • 1871 Acte notarié : Obligation de 1500 francs
  • 1871 Acte notarié : Contrat de mariage
  • 1871 Acte de mariage
  • 1877 Mise en accusation (merci Tatiana)
  • 1877 Registre d'écrou Rouen
  • 1877 Cour d'Appel de Rouen (merci Tatiana) : 3 ans de prison
  • 1877 Registre d'écrou Gaillon (merci au Fil d'Ariane)
  • 1884 Arrêt Cour d'Appel de Rouen
  • 1884 Article dans le Journal de Rouen
  • 1884 Cour d'Assises de Rouen: proclamation de la peine aux travaux forcés à perpétuité pour affaire de mœurs
  • 1884 Rejet du pourvoi en cassation
  • 1885 Registre d'écrou La Rochelle (vacances généalogiques!)
  • 1885-1930 : Dossier de bagne de Nouvelle-Calédonie (merci au Fil d'Ariane) comprenant:
                       1885 : Registre matricule
                       1888 : Jugement de son évasion : 2 ans de double chaîne!!  Sacré papy !!

ANOM, Cote FR ANOM COL H 1431

                       1905 : Commutation de la perpétuité en 20 ans de travaux forcés
                       1906 : Conseil de famille
                       1908 : Demande de remise de peine en insistant sur un acte de courage

ANOM, Cote FR ANOM COL H 1431

                       1908 : Remise de peine de 5 ans
                       1911 : Demande de remise de peine
                       1911 : Remise de peine de 5 ans
                       1914 : Lettre de sa fille au bagne pour savoir si son père est décédé
                       1930 : Acte de décès, Ile Nou

    Cela fait beaucoup de documents pour un seul homme et malgré ses condamnations, j'ai un attachement particulier pour cet ancêtre. Personne dans la famille n'est au courant de son histoire qui n'est somme tout pas si lointaine, il s'agit du grand-père de ma grand-mère. Elle ne l'a jamais connu, je suis quasiment sûre qu'elle a du entendre des choses à son sujet, ne serait-ce que par sa mère. Mon père m'a rapporté que quand il était gamin et qu'il faisait des bêtises, ma grand-mère lui disait d'arrêter sinon il allait ressembler au grand-père untel !! Malheureusement il ne se rappelle plus quel prénom elle employait et nous pensons qu'elle devait parler d'Henri !! J'ai découvert cette histoire environ 5 ans après la disparition de ma grand-mère...


*************************************

   Pour lire les différents billets des généablogueurs participant au Challenge de A à Z, Sophie Boudarel les regroupe sur un scoop.it dédié : c'est par ici.


7 commentaires:

  1. Ah oui, passionnant ! et en effet, c'est un grand plaisir de découvrir autant de documents, même s'ils ne sont pas la preuve d'une vie parfaitement tranquille :-) Bravo pour ces recherches.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Odile :) C'est vrai que je suis gâtée avec lui point de vue documents. C'est lui qui m'a initiée aux registres judiciaires.

    RépondreSupprimer
  3. tous nos ancêtres ont une histoire....et si je n'ai pas de bagnard,parfois je le regrette un peu car avec tout ce que tu nous racontes,grâce aux documents on peut en savoir un peu plus sur tel ou tel....et c'est ce qui est passionnant !
    remarque bagnard ou pas,le principal est de retrouver quelques choses dans les archives.
    Bribri

    RépondreSupprimer
  4. Drôle de coïncidence, mon article s'intitule hors-la-loi, il aurait pu convenir pour toi aussi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiii et ça aurait fait un triple H pour moi ^^

      Supprimer
  5. Ah bravo pour cet article ! Je sens une précision chirurgicale dans ta manière d'aborder le sujet d'étude. ça me passe par la tête, mais j'ai l'impression que ta formation, la mienne sont des atouts pour prendre la bonne distance avec les dossiers sensibles de la généalogie. On a du apprendre ça, l'empathie, mais en maintenant chacun à sa juste place. Je me trompe ?
    Je retrouve ça aussi dans l'écriture de Sapanet, notre médecin légiste poitevin écrivain à ses heures.
    En médecine, on a une "truc" avec les cas graves.
    Bravo continue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gloria :) Oui tu as sans doute raison, pour ce qui est de l'empathie, je pense en avoir une bonne dose et parfois je me mets des barrières volontairement pour ne pas entrer dans la "sympathie" au sens étymologique du terme.
      Cela fait longtemps que j'ai envie d'écrire sur Henri et je ne savais comment m'y prendre alors j'ai commencé en énumérant les documents en ma possession. Je développerai plusieurs points sans doute plus tard

      Supprimer